Les thés du Japon

Le thé au Japon

Pilier aujourd’hui de la société japonaise, le Thé est, sous ses différentes formes la boisson préférée du pays du Soleil-Levant. Il en est si bien intégré dans la culture nippone, qu’il existe un terme (O CHA) pour désigner le thé japonais, qui est forcément un thé vert.

Cependant, il a fallu attendre le XIIe siècle, pour qu’un moine bouddhiste, Eisai, rapporte d’un voyage en Chine des graines de théier qui seront plantées à la fois sur Kyushu et sur Honshu et en particulier à Uji, réputé pour produire les meilleurs thés verts de l’Archipel.

Au XVIIe siècle, un moine chinois, Yin Yuan, introduit au Japon la dernière mode en matière de préparation de thé : l’infusion à feuilles.

En 1859, avec l’ouverture du port de Yokohama, et la signature du « traité du commerce et navigation » avec les Etats-Unis, les échanges commerciaux s’intensifient. Le thé devient alors, avec la soie, la denrée la plus exportée.

Dans les dernières années du XIXe siècle, la mécanisation des récoltes et de la manufacture entraîne une accélération déterminante des capacités de productions.

Principales zones de culture

Les plantations sont situées, en plaines ou à flanc de vallon, dans la partie sud de l’archipel, majoritairement sur Honshu et Kyushu. Le climat y est relativement frais (11° et 18° C selon la latitude), les températures et les précipitations sont relativement homogènes sur l’ensemble de l’archipel.

La production est presque exclusivement tournée vers le thé vert fixé par étuvage. Les récoltes ont lieu 2 à 4 fois par an, la première de l’année étant de très loin la plus prisée. Elles sont rarement manuelles, on y utilise aussi bien des tondeuses à main que des moissonneuses.

45 900 hectares cultivés

85 900 tonnes de thé produit

Un rendement de 1 871 kg à l’hectare

Préfecture de Shizuoka

Les plantations de Shizuoka, les plus septentrionales du globe. Les conditions climatiques y sont rigoureuses une bonne partie de l’année.

Le processus du thé japonais se distingue par ses deux étapes, qui peuvent être séparées dans le temps et l’espace : La première consiste à produire du thé brut, et la seconde, en le raffinant, donne sa forme finale au thé.

Shizuoka, dont environ 21 000 hectares de jardins produisent 45% du thé japonais, et voit passer dans ses usines 70% des feuilles récoltées dans l’archipel.

 

Thé Origines Tea & Coffee que l’on retrouve dans la préfecture de Shizuoka :

-        Kukicha : Situé sur l’île de Honshu, proche de la baie de Suruga, notre kukicha provient de Shizuoka. La plantation bénéficie d’un climat tempéré humide avec des hivers assez doux et des étés chauds humides et pluvieux. Un thé aux saveurs de noisette et de fleur.

Préfecture de Kyoto

De moindre importance en termes de tailles et de production, elle est le berceau historique de la théiculture japonaise. Les plantations sont situées autour de la ville de Uji, au sud-est de Kyoto.

Thé Origines Tea & Coffee que l’on retrouve dans la préfecture de Kyoto :

-        Gyokuro Uji : Aussi appelé le « thé des empereurs » est un thé moelleux et une puissance aromatique impressionnante. 3 semaines avant la récolte, on prive le théier de la lumière. Cela va permettre à ces feuilles, le Tencha, de développer des notes caractéristiques et va favoriser la sécrétion de plus d’acides aminés et moins de polyphénols.

Préfecture de Kyushu

Deuxième région de thé de pays, fournit 22% de sa production, tous types de thés verts confondus. Les autres préfectures de Kyushu (Miyazaki, Fukuoka, Saga et Kumamoto) représentent environ 10% des récoltes nationales.

Thés Origines Tea & Coffee que l’on retrouve dans la préfecture de Kyushu :

-        Sencha Prestige : Il provient de Miyazaki à l’ouest de l’île de Kyushu. Cette région est l’une des plus chaude du Japon avec une température moyenne de 22°C. Les thés y poussent sur un sol acide léger à 350m au-dessus du niveau de la mer, donnant un goût végétal et iodé.

 

-        Genmaïcha : Notre thé est issu du jardin de Kirishima, situé dans la région de Kagoshima avec une température moyenne annuelle de 15°C. Le riz du GenmaÏcha a été grillé selon la méthode traditionnelle (trempé à la vapeur, séché et grillé au wok et refroidi), et le sencha subissent des processus de transformation primaire (ventilation, cuisson vapeur…) et secondaire (cuisson, tri, calibrage…).  

 

-        Hojicha : C’est sur l’île de Kagoshima qu’est récolté le Hojicha. Il y pousse sur un sol acide, à quelques 250 mètres au-dessus du niveau de l’eau. Sa liqueur cuivre à des parfums de caramel, et il offre des arômes de fruits à la coques grillés et boisés.

 

Vous pouvez découvrir également notre gamme de Matcha bio pour cuisiner. Il est la première forme de consommation du thé vert au Japon, lorsqu’au XIIe siècle, les moines bouddhistes rentrèrent de Chine avec des feuilles de thé. La consommation de thé permettait à ces moines de rester éveillé pendant les méditations ou les périodes de prières.

Le Sencha/Matcha, quant à lui provient de Miyazaki pour le thé vert du sencha, et de la manufacture de Kawane à Shizuoka pour le thé vert du matcha. Notre création est nature, sans fruits pour la parfumer, juste un concentré de propriétés stimulantes et tonifiantes.

Laisser un commentaire

Note, Les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi January February March April May June July August September October November December